Mascarade des anciens éléves de l'Ikastola
Telesforo Monzon
Flasmoba
Eüskararen egüna

Livre 'Aitzina pika' - Souscription

pikavignQui fut la dernière maquerelle (ancêtre de la cantinière) dans les danseurs des mascarades souletines ? Qui était le zamalzain qui par des frisat doble (entrechats) sautait d’un côté à l’autre du pont des Galeries, en atterrissant sur les parapets ? Combien de danseurs dont la réputation est arrivée jusqu’à nous périrent sur le front en 1914-1918 ? Autant d’anecdotes racontées par Jean-Michel Bedaxagar dans le livre à paraître aux éditions Sü Azia. Une véritable enquête qui a amené l’artiste d’Ordiarp à retracer la biographie complète, témoignages et photos d’époque à l’appui, de plus de 180 danseurs et d’une trentaine de grands musiciens marchant sur les traces du grand Lexarduart de Lacarry-Tardets. Mais Jean-Michel s’est également entouré des compétences des grands spécialistes contemporains en la matière : Xabier Itçaina (les multiples danses en rond pratiquées en Soule, il y a plus de 100 ans) ; Ion Iruretagoyena (l’origine du brale ou branle actuel des mascarades), Jean-Claude Larronde (les sorties à l’étranger : Pologne, Royaume-Uni etc....), Marcel Gastellu et Geneviève Marsan (l’histoire du tambourin à cordes ou ttunttun).

Agrémenté de nombreuses photos, y compris en couleurs, dans une très belle édition, le livre « Aitzina pika» paraîtra à la mi-juin, dans le cadre d’une exposition sur les mêmes sujets qui se déroulera à Tardets du 20 au 24 juin 2018.

Mais vous pouvez d’ores et déjà précommander cet ouvrage qui sera vendu à 30 euros, au prix préférentiel de 25 euros (frais éventuels de port compris). Souscription ouverte du 1er avril au 15 mai. Adressez vos chèques avec vos coordonnées à Sü Azia - Maison du Patrimoine - 64130 Mauléon-Licharre. Vous pouvez aussi nous contacter par mail suazia@gmail.com si vous préférez faire un virement.

Aitzina pika

Jean-Michel Bedaxagar

 

 

 

 

 

SOUSCRIPTION

Ouverte jusqu'au 15 mai .................... 22 €

Editions Sü Azia

BON DE COMMANDE

Livre "Aitzina pika"

Nom : ................................................. Prénom : ...............................

Adresse : ............................................................................................................

................................................................................................................................................

Tel : ............................................... Email : .........................................................................

Nombre d’exemplaires : ............... x 22 € = .................. €

Participation port, si nécessaire 3 € = .................. €

Chèque à l’ordre de Sü Azia : ................... €

À retourner à :

Sü Azia

Hondarearen etxea

64130  Mauléon-Licharre

Thumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageThumbnail imageLa quasi-totalité des personnes qui assistent aujourd’hui à des mascarades souletines n’y voient qu’un spectacle burlesque, combiné à des reprèsentations de danses. Or dans leurs origines et leurs symboliques, les mascarades sont des carnavals, c’est à dire des expressions populaires ayant une double signification : celui d’une remise en cause de la société dans son ordonnancement, son fonctionnement et sa hierarchie, et celui d’une renaissance des êtres humains, animaux et éléments naturels, par le passage de la létargie hivernale vers le printemps annonciateur de retour à la vie.

En des temps anciens, les mascarades avaient lieu lors d’une période appelée zotal egünak – que l’on pourrait traduire par « les jours fous » ou « les jours de folie » – qui correspondait à la différence d’une douzaine de jours entre les calendriers lunaires et solaires. Dans le calendrier contemporain, zotal egünak avaient lieu entre le 26 décembre et le 6 janvier. Il était de coutume que les mascarades se déroulent alors et seulement alors. Nous sommes aujourd’hui bien loin de cette tradition avec des mascarades qui durent jusqu’en mai !…

Toutefois, pour qui sait décrypter le sens originel des mascarades, tous les éléments d’une remise en cause (temporaire) de l’ordre social et la symbolique de la renaissance sont présents. Les Kautere (chaudronniers) et Buhame (bohémiens ) se permettent de critiquer et tourner en dérision les tenants du pouvoir et la hiérarchie de l’ordre établie – symbolisés par Jauna et Anderea (le Seigneur et la Dame) mais aussi par Laboraria et Laborarisa (le couple de paysans). Dans leur jeu, tout en outrance, désordre et cohue, ainsi que dans le contenu très impertinent des peredikü (discours), kautere et buhame montrent qu’ils tiennent à profiter de la période de libre parole et d’action sans limites des zotal egünak. On peut donc dire que les mascarades souletines représentent l’affrontement entres deux mondes, celui de la société ordonnée, policée, hierarchisée et celui des marginaux, gens de peu, et autres laissés pour compte de l’évolution sociale.

La symbolique de la renaissance, par le passage de l’hiver au printemps, est à rechercher, elle, dans plusieurs scénes des mascarades, particulièrement dans la mort et la résurrection de Pitxu le kautere pitre ou encore dans le pet de l’ours – qui n’est toutefois pas présent dans toutes les mascarades –, à la sortie de sa période d’hibernation.

Selon certains chercheurs – ethnologues et autres – d’autres scénes des mascarades, et en particulier la castration du Zamaltzain (homme-cheval ou homme-jupon) relévent, elles, de la symbolique du passage de l’état d’être sauvage à celui d’être civilisé.

Une dernière carastéristique des mascarades – comme des autres formes de carnaval - est celle de représenter les valeurs et références d’une société agro-pastorale, aujourd’hui disparue ou tout du moins en profonde mutation.

 

: Une très interessante étude de la symbolique des mascarades souletines est de libre accés sur le lien suivant : http://ericdicharry.hautetfort.com/archive/2007/12/27/du-rite-au-rire-le-discours-des-mascarades-souletines-these11.html

xiberokobotzaekecoursmauleonXiberoan Euskaraz Bai Association pour la promotion du dialecte souletinEuskararen Erakunde Publikoa Office Public de la Langue BasqueEuskaltzaindia Académie basqueHerri alkargoaconseilgeneral

 

remerciements àiut